Au-delà du silence, André Brink

On ne présente pas André Brink. Cet écrivain originaire d’Afrique du sud, auteur du livre « Une saison blanche et sèche «  qui lui valut une notoriété mondiale, fut l’ami d’Albert Camus. Comme lui acharné à témoigner à propos des horreurs dont le XXème siècle a été fertile, il n’ a eu de cesse de dénoncer les violences faites aux femmes et aux populations noires et indigènes dans les pays colonisés.

Le narrateur de son roman « Au-delà du silence »  cherche la trace d’Hanna X, un  personnage énigmatique dont on ne connaît pratiquement rien sauf qu’elle a été mêlée aux circonstances du suicide d’un officier de l’armée allemande , le haupmann Böhlke. Lors d’une enquête malaisée, il découvre une histoire de violence et de mort que conclue en 1906 le suicide en 1906 de Böhlke. Ce suicide est  précédé par un meurtre : celui par lequel Hanna X sauve Nadja, l’une des jeunes pensionnaires du couvent de femmes de Fraenstein en plein désert de Namibie, des violences dont elle a elle-même été victime.

André Brink brosse avec ce livre l’effroyable peinture d’une société livrée aux brutalités des militaires et à la toute-puissance de la religion, où nul groupe humain n’est épargné. Dans la ville de Brême dont Hanna est originaire, elle a vécu à l’orphelinat une enfance sans amour, sans recours possible contre la rigide autorité de Frau Agathe et la concupiscence du pasteur Ludwig qui pratique sur elle « pour son bien », des attouchements. Dans les familles où elle est placée, elle ne trouve aucune  protection contre la dureté et l’injustice de ses patronnes, contre les assiduités dégradantes de ses patrons. Lors de son voyage vers cette Afrique du Sud qu’elle croit être sa chance et qui ne fait que renforcer son malheur, elle est dans le train violée et défigurée par une troupe de soldats sous les ordres de leur chef, le haupmann Böhlke, auquel elle a eu le courage de résister. Désormais, Hanna X, la langue coupée par ses tortionnaires sera à tout jamais au-delà du silence tout comme les membres des tribus originaires des contrées colonisées : Namas, Damaras, Ovambos, Héreros qui sont asservis, emprisonnés dans des camps de concentration, livrés comme esclaves à des maîtres cruels, tués en masse pour « assainir » le pays.

Quelques éclaircies pourtant offrent à Hanna assoiffée d’amour une respiration dans cet univers insoutenable. De brèves histoires de tendresse, d’amitié ou d’amour très vite interrompues par les sévices autorisés à ceux qui détiennent quelque pouvoir. Après le martyre qui lui a été infligé dans le train, alors qu’elle est abandonnée, mourante, dans le désert de Namibie sa rencontre avec la tribu des Namas qui la recueillent, la remettent sur pied grâce à leurs médicaments traditionnels et leurs légendes qu’ils lui administrent comme un remède au désespoir,  lui permet de découvrir que le machisme dont elle a été la victime se double d’un mépris racial.

Anna X, n’est pas un cas isolé. Elle est l’emblème de toutes ces vies mutilées, de ces centaines de femmes et de filles embarquées à Hambourg au début du siècle pour assouvir les besoins des colons allemands d’Afrique du Sud. Pour ces êtres sacrifiés d’avance, le seul moyen d’exister est de refuser, au prix de la souffrance et de la mort. C’est ce que comprend Hanna X. Sa lutte qu’elle sait vouée à l’échec, lui permet de conquérir sa dignité d’être humain. « Je ne me fais aucune illusion »dit-elle par signes à Nadja, sa jeune protégée « je sais  que je ne pourrai pas changer le monde. Je veux seulement agir, montrer qu’il est possible de dire non. »

Un roman nécessaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s